AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion    
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 8 le Jeu 7 Nov - 13:22
Derniers sujets
» BiteFight
Lun 26 Oct - 4:47 par Horus Halcali

» Test 1
Ven 27 Fév - 22:45 par Horus Halcali

» Modification de la FAQ
Ven 27 Fév - 1:55 par Horus Halcali

» Pleine Lune samedi 28
Jeu 26 Fév - 15:12 par Catherine Kuramoto

» Postez vos musiques sur le forum!
Mer 25 Fév - 3:42 par Mansur Kamm

» Définitions
Lun 23 Fév - 22:38 par Horus Halcali

» Les Lus
Dim 22 Fév - 21:50 par Catherine Kuramoto

» Cyhy & Horus
Sam 21 Fév - 20:00 par Mansur Kamm

» Aconit
Mer 18 Fév - 13:55 par Horus Halcali

Novembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930   
CalendrierCalendrier
Faites vos dons
Pour que le forum continue de tourner de façon optimale, ainsi que le payements des fees du terrain, faites vos dons ici.

Partagez | 
 

 Horus Halcali, Homo Lycanis Sapiens

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Horus Halcali
Admin
avatar

Nombre de messages : 93
Age : 32
Localisation : Les plaines verdoyantes du Caern
Date d'inscription : 10/07/2008

Feuille de personnage
Santé:
14/14  (14/14)
Mana:
10/10  (10/10)
Métier: Chasseur

MessageSujet: Horus Halcali, Homo Lycanis Sapiens   Ven 11 Juil - 11:31

I) Le Purgatoire

Je suis né à Carthage l'Ancienne,le fils de Dante,le fruit de son amour pour Klarissa, une Lycan qu'il a ramenée des enfers lors de son séjour au Cercle des Inhumains. Ma vie n'est qu'une longue malédiction, du à ce père haït. Horus Halcali... Quel nom particulier, pour un Lycan du moins. Tout est à cause de Lui, et tout finira avec Lui. Je lui dois la vie, mais je lui dois également ma damnation...
Mon nom est celui d'un ancien dieu hérétique, qui avait la forme d'un faucon. Mon père, lors de son séjour en enfer, rencontra ce soit disant dieu, et pour le ridiculiser, il m'offrit ce nom, à moi, misérable créatures terrestre, en signe de contestation de ce "dieu". Depuis lors je vis avec une malédiction sur les épaules, une épée de Damocles au dessus de ma tête.

Ayant grandi à Carthage seul avec ma mère j'ai du apprendre rapidement à survivre parmi les créatures peuplant la ville. Quand je fut en age de tenir une épée, je fut enrôlé dans la Black List, un groupe de mercenaires œuvrant pour la solde des Phoenix. Mon mentor m'y apprit le combat ainsi que les différentes races peuplant nos terres, et elle me fit comprendre mon statut de misérable hybride...Elle m'enseigna mon rôle d'espion, et m'appris à semer le doute au sein de mes amis comme de mes ennemis.

Puis la guerre commença, entraînant avec elle la peste, le choléra, la discorde, la famine, et la mort. Le régime politique était bouleversé et seules quelques familles aisées purent subvenir à leurs besoins. C'est à ce moment là que ma mère , gagnée par la peste, me révéla sur son lit de mort la cruelle vérité sur mon Père, ainsi que la malédiction qu'il m'avait offerte. J'appris également l'existence d'une œuvre sacrée, La Divine Comédie, une œuvre pour laquelle mon Père s'était damné, afin de parcourir les enfers à sa recherche.

Les Phoenix avaient disparu des terres de Carthage, et ne subvenaient plus au besoins de la Black List, entraînant sa dissolution. Me retrouvant seul, je décidai de rechercher cette œuvre, qui pouvait me sauver, faisant des recherche dans les vestiges de la bibliothèque de la capitale. J'appris ainsi que la Divine Comédie était composée de trois volumes: "L'Enfer", "Le Purgatoire", et "Le Paradis". J'appris plus tard que la famille ennemie des Phoenix possédait une relique...Une nuit sans lune je m'introduisis dans la demeure des True Brujah Ellois, et profitant de mes capacités de voleur, je pu dérober aisément le second volume de la trilogie convoitée.

"Le Purgatoire" était enfin en ma possession. Je ne pouvais pas prendre le risque de le garder sur moi, alors je décidai de le cacher de tous, dans un endroit que moi seul connaissais...Plus rien ne me retenait à Carthage...et il me manquait toujours deux volumes de l'œuvre, ainsi je quittait ma ville natale, pour une contrée lointaine.

Arrivé à la grande cité de Nosgoth, je me rendit à l'endroit le plus fréquenté, ou il est de notoriété commune qu'on y apprend toute sorte de chose : le pub ! J'y appris que la cité était dirigée par des démons,et à cette pensée je n'eut qu'une seule envie, celle de partir au plus vite. J'avais appris à mes dépens lors de mon apprentissage que l'on ne peux faire confiance à peu de créatures, et que les plus méprisables d'entre elles étaient les démons. Mais une histoire me mit la puce à l'oreille, celle d'un dénommé Kain, et les mystères qui entouraient son existence.

Pour survivre dans le danger de cette citée, j'offris mes services à l'Ordre de la Main Noire, un clan Impérial puissant et respecté. Mon rôle n'y était pas très différent de celui que j'avais chez les Black List. Je rodais dans la ville et parfois dans certaines contrées alentours afin d'obtenir des informations sur les différents clans. Et c'est ainsi qu'un jour j'appris que les démons étaient en possession d'un livre capable de contrôler Kain et sa fabuleuse puissance. Cet ouvrage au pouvoir démoniaque ne pouvait être que « L'Enfer » que je recherchais avec acharnement. Mais comment m'en emparer ?

Entre temps la monarchie qui régnait sur l'Ordre de la Main Noir s'effondra, mais la Général de l'armée que nous représentions repris les rênes en main, nous rebaptisant par là même occasion Black Mémoriam Order. J'y découvrit l'Amour, avec un grand A, en la personne de mon ancienne collègue et amie, qui devint par la suite le bras droit du clan. Une Vampire...Je savais que cet amour était tabou, mais il était plus fort que l'interdit.

Depuis peu j'ai quitté le clan, gagné par le trouble et le doute. J'élaborai alors soigneusement un plan pour m'emparer de « L'Enfer ». Je décidai de réunir mes frères et sœurs Lycan sous la bannière du Lycanis Sum, afin de créer une armée assez puissante pour terrasser les démons et débarrasser la ville de leur joug, et surtout pour récupérer le premier volume de « La Divine Comédie ».

Malheureusement, la malédiction commençait à prendre du terrain sur moi, et malgré le remède que m'a offerte mon aimée, je ne pouvais réunir assez de Lycans. Il me fallait me débarrasser de cette malédiction. Il me fallait un fils sur qui je pouvais détourner ce fléaux, comme l'avait fait mon Père avec moi. Je me mis en quête d'une humaine fertile, pouvant accueillir ma semence et me donner un fils robuste.

L' Humaine que je choisi était malheureusement une esclave appartenant à Valdis, un des démons régnant dans l'ombre sur Nosgoth. Cet être méprisable, doué de sortilèges et de manipulation des âmes avait pris possession du corps du premier fils de mon Humaine. M'étant épris de cette douce humaine en qui je voyais mon salut et voulant la féconder, Valdis l'Etrange entra dans une colère démoniaque qui lui est propre, et me sacrifia sur l'Hautel de Kain, lui offrant mon âme damné de Lycan.


Dernière édition par Horus Halcali le Jeu 17 Juil - 17:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Horus Halcali
Admin
avatar

Nombre de messages : 93
Age : 32
Localisation : Les plaines verdoyantes du Caern
Date d'inscription : 10/07/2008

Feuille de personnage
Santé:
14/14  (14/14)
Mana:
10/10  (10/10)
Métier: Chasseur

MessageSujet: Re: Horus Halcali, Homo Lycanis Sapiens   Ven 11 Juil - 11:37

II) L'Enfer

Me voilà en enfer....quelle ironie, moi qui le cherchais tant, me voilà servit, j'y suis. Quelle chute vertigineuse, dans ce maelström de douleur ou mes hurlement se distinguent à peine du souffle soufré qui me déchire les tympans et brûle mes chairs. Je ne voit plus rien, je n'entend plus rien. Je chute, une éternité de douleur semble s'écouler mais enfin je touche un semblant de sol. Je suis dans le Cercle des Inhumains, comme l'était ma mère. Peut-être pourrais-je la retrouver? Je distingue un mince filet de fumée s'échappant du bout d'un long, d'un très long couloir. Je me met en marche, mes pas sont lourd et l'air semble me manquer. Après la chute interminable, ce couloir me paraît sans fin. Je marche toujours, lorsque soudain j'entends une voix inhumaine, ou plutôt un rire résonnant sur les parois. Et cette odeur de souffre, c'est insoutenable! Alors qu'il me semble distinguer une porte au bout du couloir j'accélère le pas, mais la porte s'éloigne, et je cours, de plus en plus vite, mais la porte s'éloigne d'autant plus. A bout, je m'effondre sur place, sous les rires moqueurs de la voix, qui finit par entonner une chanson:
« Vous ne pouvez, mais je peux voir
Vue troublée, un grand voile Noir.
Tournez-vous, ils partiront
En murmurant leur furtive chanson.
Loin de la clarté,
Loin de l'obscurité,
Jeté sous les Voûtes de la Cécité. »



Lorsque j'ouvre enfin les yeux, je suis dans un lit, je suis bien. L'odeur de souffre a disparu et est remplacée par de la myrrhe et de l'encens. A côté de moi sur un plateau d'argent, des raisins rouge sang, un poignard à lame noire sertie de rubis, et un chapelet dégoulinant de sang. Des pas!!!! je me lève saisissant le poignard au passage et bondi en direction du bruit. Et là, en face de moi, je le vois pour la première fois, et sans doute pour la dernière. Kain!!!!!



.
.
.
.
.
.



Je suis de retour dans le monde des vivants. Alors que je me dirige vers la taverne comme à mon habitude j'entends les mots de Kain résonner de nouveau en moi: « Ne dis rien, Lycan. Je sais tout. C'est moi qui t'ai amené ici. Tu dois savoir que tu m'appartiens désormais. Ton âme m'a été offerte par Valdis, mon fils. Tais-toi et écoutes-moi. Tu vois ce plateau d'argent? Et bien c'est par lui que tu as décidé de ton destin. Tu as choisi la vengeance en choisissant spontanément la lame, et je vais t'y aider. Bien que tu sois une misérable créature, je vais pouvoir avoir besoin de toi. De toute façon tu n'as pas le choix. J'ai besoin de toi, et toi tu ne peux compter que sur mon aide pour sortir d'ici. Car je vais te renvoyer à Nosgoth, pour éliminer ces enfants, ma propre progéniture, qui me tiennent prisonnier ici, et qui disposent de ma force à volonté. Ainsi ton âme m'appartient dans ce monde et dans l'autre. Alors retourne dans le monde des vivants, et tu obtiendras ta vengeance, ainsi que « L'Enfer » que tu convoites tant. »

Je bois un dernière gorgée d'aconit avant de reprendre le chemin vers la Forteresse Lycanique. Le règne des Démons touche à sa fin, c'est le début de l'Ere des Lycanis Sum.


Dernière édition par Horus Halcali le Jeu 17 Juil - 17:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Horus Halcali
Admin
avatar

Nombre de messages : 93
Age : 32
Localisation : Les plaines verdoyantes du Caern
Date d'inscription : 10/07/2008

Feuille de personnage
Santé:
14/14  (14/14)
Mana:
10/10  (10/10)
Métier: Chasseur

MessageSujet: Re: Horus Halcali, Homo Lycanis Sapiens   Ven 11 Juil - 11:53

III)Le Paradis

Deux années se sont écoulées depuis. Le Lycanis Sum est mort, et je suis mort avec lui ce jour là. De nombreux clans ont quittés Nosgoth, pour des terres plus paisibles. Le règne des démons y est permanent, et je n'ai rien pu y changer, Kain, ton maudit corbeau...Mon aimée est partie...je n'en sais pas plus. Je n'aurai jamais de fils, ma damnation est éternelle, et gagne du terrain sur mon âme. Plus rien ne me retient ici. Mes frères et sœurs me soupçonnent de quelque chose, comme s'ils savaient. Ils remarquent dans mon comportement un changement, une impulsivité et une haine grandissante contre tout. Je les ai trahit, abandonné, livrés à eux même. De par ce fait je les ai peut-être sauvés de la bête qui est en train de naître en moi. J'ai incendié la Forteresse Lycanique, en laissant une misérable lettre d'adieux. Même si les dieux me pardonnent, moi, je ne me le pardonnerai jamais...

Depuis lors j'erre sur des terres inconnues, parfois hostiles, ne vivant que par et pour mes lames de Ravage, réclamant de plus en plus de sang. A bord du TRIVIUM, un petit navire marchant, je me dirige vers un pays, ou parait-il y règne l'harmonie. Avilion. Peut-être y trouverai-je la paix intérieure que je recherche tant.

Notre première escale fut à Shalamain Kingdom, un royaume en pleine expansion. Quelle ne fut pas ma surprise lorsque j'entendis parler pour la première fois de ma vie de la Magie. Dans ces contrées elle était d'usage courant. Ainsi avant d'embarquer, je pris possession d'un ouvrage sur le sujet, « La loi des XII tables ». Ma longue traversée fut bercée par les images que ce livre dessinait dans mon esprit, attisant ma curiosité. Suite à cette escale, je pu voir monter à bord des créatures appelées fées, dragons, ou encore elfes, que je n'avait encore jamais vu auparavant. Tous pratiquaient cette Magie, et certains m'en firent même l'expérience. Mon esprit se troublait au vu de ces démonstrations. Moi qui recherchais avec tant d'acharnement « La Divine Comédie », je découvris une force qui, selon les dire de mes compagnons de route, était chose commune pour eux, et que certains maîtrisaient les arcanes aux plus haut niveau.

Nous arrivâmes au bout d'une traversée de deux mois à Avilion, suite à de nombreuse escales dans des contrées plus merveilleuses, magiques, surprenantes les unes que les autres, comme Dark Moon, ou encore Triskel. Mais mon but est bien arrêté, et j'irai jusqu'au bout de ce voyage. J'irai à Avilion, et j'y apprendrai les arcanes . Qui sait, peut-être y découvrirai-je un autre moyen d'échapper à ma malédiction.

Le sillage du TRIVIUM s'efface au loin, ainsi que mon attachement à ce passé auquel je tente de fuir. Le soleil brille haut dans le ciel, un doux vent marin caresse mon visage. J'aperçois la cime verdoyante de grands arbres ainsi que quelques fumées s'échappant des chaumières. Avilion. J'y suis enfin. J'appris lors de mon voyage que pour faire partie de ce royaume, il fallait se plier à de nombreuses règles. La plus difficile fut celle du code vestimentaire, mais je finis par m'y plier. Leur ordre très fermé n'accepte de nouveaux membres qu'à certaines conditions et après une série d'épreuves, que je finis par réussir en un temps record, grâce à mes capacités de Lycan. Je fus donc officiellement accepté en tant que créature d'Avilion, me retrouvant par cette occasion le seul Lycan de l'Ordre. Je vivais dans les bois enchantés de cette terre ou tout était régit par l'altruisme et la courtoisie. Moi qui était issus d'un peuple guerrier, je délaissais mes lames au profit des livres et des cours dispensé pour les apprentis Mago.

Mais le corbeau ne me quitta jamais, veillant sur moi..

Je finis par croiser la route de ma soeur Cyhyraeth Tarantal, une belle Lycan fidèle et valeureuse. Depuis lors nos chemins ne se séparent plus, ainsi nous sillonnons les terres magiques à la recherche d'un nouveau foyer.

Ma nouvelle compagne, je le sais désormais, est celle que j'ai toujours attendu. Le bonheur ne se trouve pas tout de suite, alors qu'il est sous votre né. J'aurai du me rendre compte de sa fidélité et de son attachement au travers de son implication dans le Lycanis Sum. Malgré ce corbeau sur mon épaule, je recommence à « vivre » grâce à elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Horus Halcali, Homo Lycanis Sapiens   

Revenir en haut Aller en bas
 
Horus Halcali, Homo Lycanis Sapiens
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Horus Heresy - Jeu de Plateau?
» Une discussion pour l'avenir [pv Horus Vahalor]
» Eldorado & Horus
» Horus -Tribu des crocs de feu-Guerriers
» The Horus Heresy: Betrayal at Calth

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lycanis Sum :: Qui sont les Lycanis Sum? :: Votre présentation Lycanesque-
Sauter vers: